feliepastorello.boidi-p.personnelles

2 PINA BAUSCH (juillet 2009)

1 juillet 2009

les morts sont couverts de mots
mes mots sont pour ceux qui vivent
ils ne ferment pas une vie

Meschonnic, L’Improviste, 1999


Après Mahmoud Darwich, après Henri Meschonnic : Pina Bausch. Certains de mes univers-refuges s’en vont.

Restent ces traces presque palpables. Des vibrations au seul nom prononcé. Une silhouette dans la rue. Des fragments de spectacle devenus paraboliques. Et ce regard-qui-sait adouci par ce sourire-qui-compatit. Une artiste, mais aussi une belle personne s’en sont allées.

*

Merci à Vous, Pina Bausch, pour toutes les émotions intellectuelles/visuelles/…, pour les rires ironiques ou doux, pour les troubles, ces brins d’angoisse face à la dureté du monde. Merci pour Nelken, Orphée … Merci.


*

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :