feliepastorello.boidi-p.personnelles

2 Profile (travaux)

PRINCIPAUX TRAVAUX PUBLIÉS


CNRS


félicie pastorello

Deux lecteurs de L’opéra de quat’sous de Brecht : Erich Engel (Berlin, 1928), Gaston Baty (Paris, 1930), in Mises en scène années 20 et 30, LES VOIES DE LA CRÉATION THEÂTRALE, T.VII, co-auteur, coordinateur Denis Bablet, 1979.

La catégorie du montage chez Tretjakov, Arvatov, Brecht, in COLLAGE ET MONTAGE AU THÉÂTRE ET DANS LES AUTRES ARTS, colloque du CNRS, aux Presses de la Cité, co-auteur, coordinateur Denis Bablet, 1978. [en partie reproduit par books.google.fr]

La réception d’En attendant Godot de Beckett dans la mise en scène d’Otomar Krejca, LES VOIES DE LA CRÉATION THÉÂTRALE, T. X, co-auteur, coordinateur Denis Bablet, 1982.

Brecht et les formes « populaires », FIGURES THÉÂTRALES DU PEUPLE, co-auteur, coordinateur Elie Konigson, 1985.

De l’Utilité des concepts empruntés à la Linguistique pour l’étude d’une métamorphose de texte à travers la première traduction française de  L’opéra de quat’sous in ACTES DU CONGRÈS INTERNATIONAL DE LITTÉRATURE GÉNÉRALE ET COMPARÉE, Montréal-Ottawa, 1973, coordinateurs, Eva Kushner et Milan V. Dimic, Éditions de l’Académie des sciences de Hongrie, Budapest, Stuttgart, Bieber, 1979.

Brecht en France, in TEATRO, Revue japonaise, Tokyo, avril 1984 (Texte d’une conférence).

Brecht, une figure majeure de la suspicion (Est/Ouest), Liminaires, publiés dans EUROPE PLURILINGUE, novembre 1998 (à paraître sur ce site).

félie pastorello-boidi

Une histoire de vieux chapeau ?, THÉÂTRE/PUBLIC, n° 148-149, juillet-octobre 1999.

[Brecht, exilé, observe en 1937 à Paris, un jeune inconnu, Jean Mercure, à la recherche d’un accessoire, un chapeau, pour construire la figure de Filch (nouvel employé de Peachum). Texte passionnant et passionné où s’opèrent des processus d’identification.]

P.-S. 2014 (reformulant le P.-S. de 2010)

L’article s’achevait sur une question : QUI avait modifié le texte de Brecht et supprimé le «fragment-liane» où les processus d’identification portaient l’écriture, faisant du fragment un poème en prose ? Des documents, récemment trouvés en Suisse  par Werner Wüthrich, permettent de répondre à la question. Je reviendrai donc sur ce texte pour répondre à la question restée en suspens, pour modifier le stemma établi par Madame Ranthum, et pour montrer comment l’écriture de l’intime (qui toujours échappe à l’auteur), se transforme quand les visées deviennent pédagogiques.

Robert Wilson met en scène L’opéra de quat’sous, THÉÂTRE/PUBLIC, n° 195, avril 2010.

[Angle de vue restreint portant principalement sur les effets éthiques (et donc politiques) du mode  wilsonien de mise à distance. Effets éthiques qui débordent la mise en forme scénique. En esthétisant ou plus exactement en ‘surréalisant’ la ‘laideur du monde’, la mise en scène fait non seulement affleurer l’ironie qui traverse le texte et la musique, mais la rend plus efficace. Une dimension découverte dans le processus d’écriture de l’article.]

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :